Être toujours plus en phase avec les attentes des apporteurs d’affaires

Être performant au présent et déjà prêt à accompagner toutes les prestations d’avenir, le tout en couvrant l’ensemble du territoire national, tels sont les principaux messages que portent haut et fort Mondial Pare-Brise auprès des apporteurs d’affaires. Deux mots d’ordre sont tout particulièrement d’actualité : accroître encore notre taux de réparation pour les accompagner dans la maîtrise des coûts de sinistre et déployer des recalibrages d’ADAS parfaitement réalisés, clé de la prestation pare-brise des prochaines années.

De gauche à droite : Michaël Garnier, Directeur Général Adjoint et Stéphane Saubesty, Directeur du Commerce

«Plus de 300 contrats d’agréments, soit la quasi-totalité des assureurs, des courtiers et de leurs réseaux, sont actifs dans le réseau Mondial Pare-Brise», précise en préambule Stéphane Saubesty, Directeur du Commerce de Mondial Pare-Brise.

Dans un contexte où la très grande majorité de l’activité vitrage est déterminée par ce qu’on appelle la «route indirecte» (prestataire conseillé par l’apporteur d’affaires, par opposition à «la route directe» où le consommateur décide par lui-même), «trouver le meilleur équilibre entre les attentes de ces apporteurs d’affaires et l’activité des centres Mondial Pare-Brise est notre mission quotidienne», explique-t-il.

 

Le vitrage au cœur des indemnisations de sinistres

Deux axes essentiels guident cette stratégie : le faible coût moyen d’une réparation vitrage par rapport au remplacement et les évolutions technologiques (dont principalement l’ADAS) qui exigent la montée en compétences techniques des acteurs du vitrage.

Le vitrage représente près du tiers du nombre total de sinistres automobiles (soit près de 3 millions de bris de glace en 2017). Le vitrage pèse environ 1 milliard d’euros/an dans les comptes des assureurs. Mais surtout, le coût de ces indemnisations progresse d’environ 5% par an sous la double pression des surfaces vitrées qui augmentent de 10% en moyenne à chaque génération de véhicule et des évolutions technologiques.

 

Favoriser le taux de réparation

Les assureurs sont donc de plus en plus sensibles au taux de réparation atteint par les enseignes de vitrage. « Nous nous concentrons sur tout ce qui peut permettre d’accroître le nombre de réparations dans notre Réseau (voir notre article «les secrets des champions du “taux de rep’”»). Un challenge en cours en démontre tout le potentiel exploitable à notre disposition, détaille-t-il ; sur les seules succursales, l’opération a déjà fait progresser le taux de réparation de 8 points, soit une hausse quasi-instantanée de 50 % ! ».

Cette logique est vertueuse pour tout le monde. Pour l’assureur, la réparation est le seul moyen de maîtriser le coût sinistre car «elle est 4 à 6 fois moins onéreuse qu’un remplacement ; et pour un centre Mondial Pare-Brise, c’est une opportunité à la fois d’améliorer sa rentabilité par une hausse de son CA main d’œuvre et d’être mieux préconisé par l’apporteur d’affaires.» Car de plus en plus, ce dernier conditionne son niveau d’orientation au taux de réparation affiché par le réseau de vitrage…

 

Miser sur l’ADAS

Autre ligne de force pour consolider encore notre relation avec les apporteurs d’affaires : la prise en compte de la révolution technologique des fameux systèmes avancés d’assistance au conducteur ou ADAS («Advanced Driver-Assistance Systems»).

«Ces systèmes de sécurité active sont au centre des attentes des assureurs qui sont parfaitement conscients des potentialités des ADAS en termes de réduction du nombre comme de l’importance des sinistres, souligne S. Saubesty qui rappelle la vitesse à laquelle les lidars, radars et caméras se généralisent (voir notre article «L’heure de l’ADAS a sonné ! »). Ils attendent donc de nous d’être d’ores et déjà aux avant-postes du taux d’équipement de nos centres pour pouvoir assurer partout en France une recalibration experte des caméras et radars lors du changement des pare-brise équipés».

 

Accroître la confiance…

Dans ce cadre, Mondial Pare-Brise organisait, mi-octobre dernier, un important séminaire au centre de recherche de Texa à Monastier di Treviso, près de Venise. C’est là que l’équipementier conçoit, développe et fabrique son RCCS (Radar and Camera Calibration System, voir notre article «Le RCCS de Texa, la solution ADAS en VL et PL»), l’outil sélectionné et d’ores et déjà déployé dans le réseau.

La trentaine d’apporteurs d’affaires majeurs invités ont ainsi pu découvrir la qualité du matériel proposé en VL comme en PL, ses performances et les procédures de mise en œuvre. L’occasion pour eux de mieux appréhender la technicité, la formation -et le temps- que doivent déployer les centres Mondial Pare-Brise dans des recalibrations parfaitement réalisées. Une occasion majeure d’accroître encore leur confiance envers un réseau Mondial Pare-Brise qui prouve ainsi être d’ores et déjà prêt à les accompagner…

 

…et tirer la couverture à nous !

Dernière attente prioritaire des apporteurs d’affaires : garantir une couverture la plus complète possible du territoire national. «Nous avons identifié une centaine de points ouverts, explique Michaël Garnier, Directeur Général Adjoint de Mondial Pare-Brise. Dans la dynamique de l’excellente année que nous sommes en train de boucler avec une croissance d’activité de 14 % dans le réseau Mondial Pare-Brise, nous allons discuter avec les centres du réseau pour leur proposer d’investir les zones de couverture prioritaires identifiées près de leurs implantations actuelles».

Et quand on peut ainsi concilier l’intérêt général du Réseau avec celui des centres susceptibles de pouvoir accroître ainsi leur activité, pourquoi effectivement s’en priver ?