La toute prochaine «Black Box» peut changer la réparation pare-brise !

Ce nouveau kit de réparation pare-brise a surgi du terrain. Et quel terrain ! C’est un franchisé Mondial Pare-Brise de Marseille, Zouhair Chetioui, qui l’a imaginé, dessiné, breveté et prototypé. Baptisée «Black Box», l’innovation est actuellement testée dans deux centres de notre Réseau. Leurs tout derniers retours utilisateurs précèdent sa mise en production (voir en fin d’article «Ils l’ont essayée… et déjà approuvée ! »). En bien des points, la machine de Zouhair Chetioui s’annonce effectivement révolutionnaire…

La valise de la Black Box avec tous ses accessoires, déjà prête à être commercialisée. PMA Tools est le distributeur allemand qui va la rendre célèbre !

La valise de la Black Box avec tous ses accessoires, déjà prête à être commercialisée. PMA Tools est le distributeur allemand qui va la rendre célèbre !

 Zouhair Chetioui

Zouhair Chetioui

Même devenu franchisé Mondial Pare-Brise, il n’a pas oublié ses réflexes d’ancien ingénieur des télécoms. Au fil des réparations de pare-brise, c’est finalement devenu plus fort que lui : Zouhair Chetioui, basé à Marseille, finit par saisir un tournevis pour ouvrir cette machine de réparation pare-brise qu’il manipule quotidiennement. Il la démonte, l’étudie et l’évalue patiemment. Avant d’arriver à cette conclusion : il devrait pouvoir faire mieux.

 
Repenser l’outil de fond en comble

Il commence alors par coucher sur le papier l’ensemble des mots-clés qui doivent inspirer son projet : différent, nouveau, efficace, léger, simple, fonctionnel, agréable, innovant… Fort de ses frustrations d’utilisateur et de ses compétences d’ingénieur, il est convaincu qu’il faut reprendre le dossier à zéro. Il entreprend alors de redessiner chaque composant. Avec trois obsessions pour premier cahier des charges : simplifier l’outil au maximum, y ajouter chaque fonctionnalité qui lui semble essentielle. Et tant qu’à faire, injecter à l’ensemble un supplément d’âme.

Car l’ingénieur est aussi un peu philosophe et artiste. Philosophe, car il est convaincu des vertus de cette maxime qu’il a fait sienne : «il est toujours plus difficile de faire simple». Il s’oblige donc systématiquement à revenir à l’essentiel, sans jamais s’égarer dans des complexités inutiles. Quant à la dimension artistique, il va la trouver dans une certitude d’esthète : autant que possible, travailler à partir du fameux Nombre d’Or, une proportion utilisée depuis l’Antiquité pour garantir des lignes harmonieuses aux bâtiments, aux sculptures, ou même aux tableaux. Alors, pourquoi diable en priverait-il cette nouvelle machine qu’il a en tête ?

 
L’harmonie pour fil conducteur

Z. Chetioui va aussi se faire historien en remontant aux sources des inventions humaines. Il en exhumera l’une des plus pertinentes innovations de sa Black Box : «la première assise stable imaginée par l’humanité a été le trépied», raconte-t-il. Bingo ! Pourtant multiséculaire, ce trépied répond parfaitement à son objectif de stabilité et d’adaptation optimales du pont. Car il veut que son injecteur puisse se prépositionner vite et bien, sans subir les courbes si variables des pare-brise. «Les quatre pieds utilisés par les autres machines nécessitent des réglages préalables à la réparation. Le trépied, lui, s’adapte quasi-instantanément».

Cette harmonie fonctionnelle qu’il recherche obstinément, il va la saupoudrer dans chaque détail. Dans la légèreté de la machine (1,9 kg), pour qu’elle soit aisée à manipuler et puisse se fixer même sur les pare-brise, notamment PL ; dans un écran tactile inédit sur ce type d’équipement, pour que le cheminement de la réparation coule de source ; dans l’injecteur, qui ne sera pas en aluminium mais en inox afin d’être agréable à manipuler en inspirant tactilement à l’utilisateur un rassurant sentiment de précision et de robustesse ; dans la matière extérieure de la Black Box, qui doit respecter ces carrosseries qu’elle n’a pas le droit d’agresser… Et on en oublie sûrement.

 
Les idées de l’ingénieur-utilisateur

Le reste des innovations, il va le puiser dans son quotidien de réparateur de pare-brise. Sa lampe baptisée «dryer» évacue en quelques secondes toute trace d’humidité dans l’impact pour que la résine pénètre librement dans chaque interstice. Même ingéniosité dans cette autre lampe aux formes et aux caractéristiques techniques spécifiquement repensées pour que la résine sèche dorénavant en 15 secondes au lieu de 10 à 15 minutes ! Une rapidité garante de l’homogénéité de la réparation comme d’une qualité de finition directement obtenue sans besoin de polissage, promet-il.

Et que dire du «crack finder» breveté par ses soins et surnommé « mire » par les centres testeurs parce qu’il permet de se positionner, rapidement et à coup sûr, pile au-dessus du point optimal d’injection ? Z. Chetioui dit aussi avoir trouvé la juste pression de résine qui optimise la solidité de la réparation en minorant les risques de générer l’irrémédiable fêlure. Et que reprocher à l’inédite disparition du miroir, qui permet de réparer librement des véhicules sur parc ? Plus besoin en effet d’accéder à l’habitacle : la Black Box conduit toute la réparation depuis l’extérieur…

 
Le premier Kit de réparation «made in France»

La Black Box a fait une première sortie remarquée lors du salon Automechanika de septembre dernier. A cette occasion, Zouhair Chetioui a pu ressentir les premières satisfactions du travail accompli. Les professionnels ont salué les innovations… et la curiosité insistante de la concurrence lui a déjà prouvé tout le potentiel de son invention.

Dernier détail qui a son importance cocardière : en étudiant les dimensions de chaque composant, il a constaté que les autres machines du marché sont toutes fondées sur la norme anglo-saxonne dite «impériale» qui mesure en pouces. Il a donc tout recalculé en norme européenne ISO, basée sur le système métrique. De fait, même si c’est un distributeur allemand qui va fabriquer et commercialiser sa Black Box, Zouhair Chetioui est bel et bien à l’origine de la première machine du genre qui soit résolument «made in France»…

On ne sait pas si on vous a donné une furieuse envie de vous offrir cette Black Box qui commencera sa vie commerciale début 2019 ; nous, en tout cas, nous avons pris un rare plaisir à la découvrir pour vous en raconter la passionnante genèse…

 
La «Black Box» en test dans le réseau Mondial Pare-Brise :
ils l’ont essayée… et déjà approuvée !

Dominique Messana (Responsable de Formation) a aimé :

  • L’efficacité et la rapidité
  • Son adaptation à une intervention sur des véhicules fermés (parc)
  • Ses nombreux accessoires
  • Sa lampe UV intégrable au pont, qui commence le séchage même encore sous pression : pas de retrait de résine lorsqu’on retire le pont.
  • La précision du positionnement grâce à sa « mire »

 

 

 

Stéphane Dupuis (Responsable Succursales Nord Normandie) a aimé :

  • Sa prise en main, son ergonomie et son poids
  • La possibilité de travailler différents types d’impacts
  • Son écran tactile qui sélectionne différents types d’interventions
  • Son séchage très rapide
  • La qualité de la finition, même sur gros impact
  • Ses deux batteries
  • La possibilité d’adapter le temps et la façon d’injecter la résine
  • Son positionnement-prix qui devrait être compétitif

 

 

Deux photos du tout dernier prototype de la Black Box inventée par notre franchisé Zouhair Chetioui (Marseille) et actuellement soumise à d’ultimes tests dans deux centres Mondial Pare-Brise.

Deux photos du tout dernier prototype de la Black Box inventée par notre franchisé Zouhair Chetioui (Marseille) et actuellement soumise à d’ultimes tests dans deux centres Mondial Pare-Brise.