CCF : Thierry Liefooghe, homme d’écoute et de dialogue

Élu récemment au CCF, Thierry Liefooghe y représente ainsi les intérêts des franchisés auprès de la tête de réseau avec qui il salue «la très bonne ambiance de travail». Il réfléchit aux projets et améliorations possibles en termes de formation, relation client ou encore communication. En appelant de ses vœux une transmission encore plus fluide des informations cruciales utiles aux franchisés…

Thierry Liefooghe, franchisé au Pays-Basque et élu au CCF

Thierry Liefooghe, franchisé au Pays-Basque et élu au CCF.

Thierry Liefooghe, franchisé du Pays-Basque et du sud des Landes, a été élu au Comité Consultatif des Franchisés (CCF) pour la région Grand Sud. Membre du Réseau Mondial Pare-Brise depuis 15 ans, il estime que son rôle au sein du CCF est de proposer des idées ou des directions utiles à tout le Réseau. Il prend donc son rôle de délégué du CCF à cœur et s’emploie quotidiennement à apporter des réponses aux questions que se posent les franchisés et plus particulièrement ceux de la région qu’il représente. Il se nourrit ainsi des thèmes dont il va débattre au sein du CCF.

Et des thèmes de réflexion, il y en a, tels l’harmonisation des achats ou le projet d’une école de formation interne (en cours d’élaboration à quelque 500 mètres du nouveau siège de Rueil-Malmaison-92). «Une formation mieux déployée et mieux partagée est souhaitable. Elle va permettre de mutualiser et diffuser les bonnes pratiques qui peuvent véhiculer une image de marque du Réseau encore meilleure», explique-t-il.

De même, une harmonisation dans le référencement des produits serait là aussi un atout supplémentaire pour tous, «afin de mieux acheter en local pour accroître nos marges». A ce titre, «Autodistribution connaît bien son métier et nous apporte beaucoup ; c’est un chemin à suivre», souligne-t-il.

 

Fluidifier l’information

Les membres du CCF étudient et enrichissent aussi les propositions faites directement par la tête de Réseau Mondial Pare-Brise, avec laquelle il constate «une très bonne ambiance de travail». Le dialogue est le maître-mot : «Il serait difficile d’imposer quoi que ce soit aux franchisés ; la concertation est toujours la meilleure voie».

Ce nouvel état d’esprit collaboratif est pour lui l’une des clés de progrès : «Nous avons besoin de fluidité et de rapidité concernant des informations cruciales, comme la signature de nouveaux accords-cadres ou leurs évolutions. Cela peut nous permettre d’être encore plus proactifs auprès de nos interlocuteurs locaux et de mieux saisir ou réorienter notre business».

 

Proximité et dialogue

Le CCF se focalise aussi sur la relation client et propose des pistes pour l’amélioration de la satisfaction. Si pour les professionnels, le problème est mieux cerné par une stratégie de proximité accrue avec les apporteurs d’affaires, T. Liefooghe souligne la difficulté de capter l’intérêt des particuliers qui ont vraiment le choix en opérateurs vitrage.

Selon lui, ce qui joue en faveur d’un Réseau, c’est la proximité et le dialogue avec le client. Il faut toujours expliquer la nature des travaux à effectuer. C’est pour cela qu’une fiche check-up permettant vraiment de faire le tour complet du véhicule fait partie des propositions du CCF. «Si nous détectons mieux les défauts sur tous les vitrages dès l’entrée du véhicule en atelier, nous augmenterons logiquement notre taux de réparation et, par là même, les ventes additionnelles et donc le chiffre d’affaires».

Si la proximité joue un rôle, la notoriété n’est pas en reste. Avec 82% de notoriété assistée, Mondial Pare-Brise est certes particulièrement bien positionné sur ce point, se félicite-t-il. Mais il attend un “coup de booster” de la nouvelle campagne de communication, adoptée à l’unanimité par le CCF. A ce titre, le plan de communication 2019 associé aux 20 ans de Mondial Pare-Brise devrait le combler !

Et il est vraiment motivé, autant par son rôle d’élu que par les nouvelles orientations de l’enseigne. «Aujourd’hui, j’ai plus confiance dans la tête de réseau car on sent vraiment que ses représentants s’investissent dans leur travail», conclut-il.